Inscrivez-vous à la newsletter

Lundi 18 février

Actualités et vidéos

Lancement officiel du Centre Normand de la Pêche de l’Aquaculture et des Cultures marines normandes

Crédit photo : Biernacki / Région Normandie

 

Fabienne Buccio, Préfète de la région Normandie , Préfète de la Seine-Maritime, Hervé Morin, Président de la Région Normandie, Jean-Léonce Dupont, Président du Département du Calvados, Marc Lefèvre, Président du Département de la Manche, Pascal Martin, Président du Département de la Seine-Maritime, et l'ensemble des professionnels et des partenaires, ont officiellement lancé, ce jour, à Blainville-sur-mer, le CEntre NOrmand de la Pêche de l'Aquaculture et des Cultures marines normandes. Ce nouveau centre « sans murs » permettra de mettre en synergie les forces vives du territoire, de répondre aux problématiques des professionnels pour favoriser le développement économique des filières mais aussi d'aider les structures à s'ouvrir plus aux projets européens et collaboratifs. Il est financé par la Région et sera également soutenu par le Département de la Manche et par le Département du Calvados.L'Etat mobilise les structures de recherche dont il a la responsabilité (Université de Caen, Ifremer) et les structures de formation dont il est autorité académique (lycées maritimes).

 

« La pêche et l'aquaculture font partie des fondements de l'identité normande. C'est pourquoi la Région consacre chaque année, 10 millions d'euros pour sauvegarder et rajeunir le patrimoine de pêche, aider des jeunes pêcheurs à s'installer, développer les entreprises et valoriser les produits, moderniser les ports, innover et soutenir la pêche et l'aquaculture de demain » a déclaré Hervé Morin, Président de la Région Normandie.

 

« Le Département du Calvados rejoindra prochainement le CENOPAC et se réjouit que cette structure contribue – avec l'appui du laboratoire interdépartemental Labéo – à répondre aux enjeux sanitaires et de préservation des ressources » a annoncé Jean-Léonce Dupont, Président du Département du Calvados.

 

« Ce n'est pas un hasard si Blainville-sur-mer dans la Manche a été choisie pour fédérer le Cenopac. C'est parce que notre département est un territoire maritime, doté d'un littoral de 350 km de côtes sur les 640 que totalise la Normandie. Et aussi parce que depuis 40 ans maintenant, le Département de la Manche par le biais du SMEL, s'emploie à travailler aux côtés des filières liées à la pêche, à l'aquaculture, à la conchyliculture, à la recherche, et à la préservation de la ressource. Cette expérience sera mise au profit de l'économie littorale de la Normandie. » a précisé Marc Lefèvre, Président du Département de la Manche.

 

Les principaux objectifs de CENOPAC  

La création du CENOPAC a été annoncée en février 2017, par le Président de la Région Normandie, Hervé Morin, à l'occasion de la présentation de la nouvelle politique régionale pêche et aquaculture à Port en Bessin.

 

Depuis de nombreux groupes de travail ont été mis en place avec les différents acteurs impliqués dans le projet (professionnels, acteurs de la recherche,  les 3 Départements du Calvados, de la Manche et de la Seine-Maritime, l'Etat…) afin de définir et mettre en place la convention cadre du CEntre NOrmand de la Pêche de l'Aquaculture et des Cultures marines normandes.

 

 

Lcomlocal

 

Ce nouveau centre répond ainsi à plusieurs objectifs :

–      Faire face aux problématiques des professionnels dans le domaine de la pêche, de l'aquaculture (raniculture, algoculture, pisciculture…) et des cultures marines par la mise en œuvre de projets scientifiques ciblés,

–       Fédérer et coordonner les différents programmes de recherche, d'expérimentations, d'appuis techniques et d'innovation menés en région dans ces domaines,

–       Faciliter les échanges et la communication entre les différents partenaires,

 – Rendre plus visible et plus efficace l'excellence normande dans les domaines de la pêche, de l'aquaculture et des cultures marines,

–       Assurer une diffusion concertée des connaissances, en particulier vers les acteurs professionnels des filières pêche, aquacole et cultures marines en mentionnant les partenaires de chaque programme,

–       Communiquer et valoriser les travaux effectués dans le cadre de ce Centre.

 

Le fonctionnement de CENOPAC

Le Centre se dote de trois commissions de professionnels (commission pêche, commission aquaculture, commission cultures marines) et d'un comité des financeurs. L'ensemble de ces comités est regroupé dans le comité de pilotage du Centre. Un Groupement d'Intérêt Scientifique sera associé au Centre et principalement porté par l'Université de Caen Normandie, le GIP LABEO et le Synergie MEr et Littoral (SMEL).

 

Le lien entre ces différents comités est assuré par un animateur, porté administrativement par le SMEL, depuis novembre 2018.

 

La Région finance le CENOPAC par le versement d'une subvention de 150 000 euros pour 3 ans. Celui-ci sera également financé par le Département de la Manche à hauteur de 50 000€ et par le Département du Calvados. L'Etat mobilise quant à lui les structures de recherche dont il a la responsabilité (Université de Caen, Ifremer) ou les structures de formation dont il est autorité académique (lycées maritimes), qui pourront apporter des financements pour des programmes de recherche ciblés.

 

A ce stade les premières commissions de professionnelles ont été tenues, les feuilles de route des trois commissions sont validées par les professionnels et doivent être très prochainement soumises à la Commission Scientifique et Technique (CST). Le premier comité de pilotage de CENOPAC est prévu pour avril 2019.

 

 

La Normandie, deuxième région de la pêche maritime française

Les 640 km de côtes allant du Tréport au Mont Saint-Michel font de la Normandie la deuxième région de la pêche maritime française. La pêche en Normandie représente 628 bateaux, 2 208 marins. La pêche génère en outre 6 à 7 000 emplois induits. Sur les 61 000 tonnes de produits de la mer débarqués en Normandie, qui représentent une valeur de 140 à 150 millions d'euros, 85 % des espèces sont inféodées à la bande côtière.

 

De la côte Ouest de la Manche, en passant par les bassins de St Vaast la Hougue, de Utah Beach, de la Baie des Veys, de la Côte de Nacre pour finir à Veules les Roses en Seine-Maritime, ce sont environ 300 entreprises d'élevage de coquillages qui produisent en Normandie 25 000 tonnes d'huîtres et 16 500 tonnes de moules de bouchot. La conchyliculture normande génère près de 3 500 emplois directs, avec également une forte part de main d'œuvre saisonnière. Son chiffre d'affaires est de l'ordre de 130 millions d'euros.

 

Chiffres clés :

 –   1ère région conchylicole (1ère région productrice d'huîtres, 2nde région productrice de moules, productions de palourdes et de coques) ;

 –   2ème région de pêche maritime (628 bateaux ; 1/5ème des captures de pêche française, 61 000 tonnes de produits débarqués) ;

 –   1ère région pour les coquillages de pêche (15 000 tonnes de coquilles St Jacques, 8 000 tonnes de bulots, 4 100 tonnes moules de pêche …) ;

 –   Importante région de pêche à pied professionnelle (plus de 400 pêcheurs) ;

            –      1ère région de production de saumons d'élevage, de méduses, d'hippocampes ;

            –      Région française la plus diversifiée en aquaculture ;

            –      Plus de 24 000 emplois directs et indirects.

La vidéo du moment

Pour une école vraiment inclusive

Vidéo explicative sur la proposition de loi du député de la Seine-Maritime (76) Christophe Bouillon. Cette proposition de loi vise à améliorer les conditions des enfants en situation de handicap. Tour d'horizon des solutions proposées par le député de le Seine Maritime. #ecolevraimentinclusive